Le MCR (Mouvement chrétien des retraités) donne de ses nouvellese MCR donne de ses nouvelles

Notre équipe s’est réunie pour la dernière fois le lundi 8 juillet 2019.
Nous avons donné un caractère festif à cette dernière réunion. Nous avions invité Nicole d’Agostino de Saint-Forgeux qui a passé plusieurs années en Côte d’Ivoire avec son mari.
Elle nous a parlé longuement de ce pays, son témoignage nous a beaucoup intéressés (ées). Elle a promis de revenir nous voir.

Pendant l’année scolaire qui vient de se terminer nous avons réfléchi sur le thème proposé par notre mouvement avec un livret intitulé « Vivre en famille ».
Pour la campagne d’année 2019-2020 le livret s’intitule « Choisis donc la vie ».

Vous êtes retraité (ée), vous aussi, et ne fréquentez pas encore d’autres équipes venez nous rejoindre. Vous ne serez pas déçus en nous consacrant l’après-midi de chaque 2ème lundi du mois, à 14h15. Nul doute que vous apprécierez l’ambiance de nos rencontres à la Maison Paroissiale Tarare !

Si vous avez des problèmes de transport ? Il suffit de nous en parler. On trouvera une solution !
Vous pouvez contacter notre présidente, Raymonde Barski (raymonde.barski@orange.fr). ou notre animatrice Marie-Noëlle Bourrat (tél. 04 26 81 50 51).

l’édito d’août

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est écriture.jpg.

Dans le mois de juillet, nous avons tous été marqués par la mort de Vincent Lambert. Cet homme tétraplégique qu’on disait « en état végétatif » alors que tout simplement handicapé, a été mis à mort par la suppression de son alimentation et de son hydratation. Dans la dernière loi sur la fin de vie, l’hydratation et l’alimentation sont appelés des traitements. Alors qu’ils sont simplement de première nécessité… Ce drame de la mise à mort légale d’un être handicapé doit nous interpeller et nous réveiller dans notre conscience de chrétien. Nous découvrons ainsi toujours plus avec acuité que les lois de notre pays ont perdu leur rôle de défense du plus faible. Jean Vanier qui nous a quittés dernièrement notait finement qu’on pourra juger la qualité d’une famille ou d’une société à sa capacité à se mettre au rythme du plus faible. La mort de Vincent Lambert n’a été que l’application stricte d’une loi qui a été votée par Parlement. Nous sommes face à la légalisation du mal. Et le gouvernement lui-même avait fait appel de la décision de la reprise des soins de Vincent Lambert. La loi qui normalement est édictée pour rendre le mal le plus difficile possible à accomplir, désormais encadre, permet et conduit au mal. Notre société est-elle entrée dans l’ère de la barbarie légale où le mal est équivalent au bien ?

Nous avons vécu notre assemblée paroissiale le jeudi 27 juin dernier. Une assemblée de la paroisse est un lieu où les paroissiens peuvent se rencontrer par-delà les différentes communautés que sont les villages. Cela permet une réflexion commune et une unité. Devant les questions posées sur les soutiens à apporter à la vie chrétienne nous pouvons relever deux axes. D’abord l’importance de la messe du dimanche comme la célébration hebdomadaire du Christ mort et ressuscité qui doit réunir tous les paroissiens. Il est donc important de travailler à la mise en œuvre de moyens qui permettront à tout baptisé de la paroisse de venir à la messe le dimanche. Les anciennes « recettes » d’assemblée dominicales sans prêtre ont été supprimées par les évêques depuis de nombreuses années pour éviter le repli sur soi de petites communautés qui ne vivraient plus dans l’Eglise. « Sans le dimanche nous ne pouvons pas vivre » disaient les chrétiens d’Abitène à leur juge au IIIe siècle alors qu’il leur était interdit de se réunir par le pouvoir romain. Sommes-nous comme ces chrétiens qui tenons à la messe ce dimanche ? Ou avons-nous laissé de côté cette obligation dominicale qui est le lieu de la célébration de la foi et de sa fortification ? Il apparait aussi l’importance d’avoir des temps en semaine pour vivre en petite communauté un partage d’évangile, un temps de prière, de louange, de soutien fraternel. Lors de notre Conseil pastoral paroissial du mois de septembre nous travaillerons ces deux questions : le renforcement de la participation à la messe célébrée le dimanche ainsi que la possibilité de lancement de groupes fraternels locaux durant la semaine.

Les horaires de messe changeront à partir du mois de septembre en tenant compte des baptêmes déjà inscrits dans les villages. Les trois messes dominicales seront : le samedi à 18h30 à Pontcharra, le Dimanche à 9h dans les villages et 10h30 à Tarare. C’est un changement mais nous le vivrons dans la joie de la foi et la joie d’avoir encore des messes sur notre territoire !! Pour les baptêmes, ils pourront être célébrés après les messes du dimanche et un dimanche par mois dans un village selon un planning établi. Pour les messes en semaine il y aura aussi quelques changements d’horaires qui seront indiqués sur le bulletin.

Bon mois d’août et belle fête de l’Assomption de la Vierge Marie,

P. Bruno Bouvier.

Le Père Jean Doamba, chez nous cet été, se présente

LA SOUTANE ET LE MEDICAMENT

Je me nomme le Père Jean DOAMBA, originaire de l’archidiocèse de Ouagadougou (BURKINA FASO). Ordonné prêtre le 2 juillet 2005, je suis depuis le 2 juillet 2019  à la paroisse saint Jean XXIII de TARARE pour une mission d’été jusqu’au 12 septembre 2019.
Actuellement dans mon diocèse, je suis affecté dans l’hôpital Paul VI. J’y suis depuis octobre 2012.

Le Père Jean Doamba pendant son homélie – messe à St-Marcel l’Eclairé

L’hôpital Paul VI

Notre hôpital est une structure sanitaire appartenant à l’Archidiocèse de Ouagadougou. Il est le fruit de la générosité des chrétiens italiens suite à l’appel du Pape Paul VI lors du Congrès Eucharistique de PESCARA (1977). 
Depuis ce temps, la structure s’agrandit grâce à plusieurs facteurs (générosité des donateurs, la fréquentation des patients, sa notoriété grandissante et surtout l’amélioration de la gestion administrative et financière). Il compte actuellement 183 lits et le nombre d’agents est  481 dont 74 agents payés par l’Etat burkinabé.

Ma mission à l’hôpital

Après des études en la gestion pharmaceutique à l’Ecole Nationale de la Santé  Publique (ENSP), ma mission dans cette structure sanitaire se regroupe en trois rubriques  :

o Une animation spirituelle dans le centre hospitalier à côté de l’aumônier catholique  ; un programme de messes et de visite des malades catholiques est organisé.

o Une aide dans la gestion administrative et financière auprès de mes confrères prêtres. Nous sommes quatre prêtres à y travailler.

o Une gestion des consommables et produits pharmaceutiques pour le fonctionnement des différentes unités de soins et pour le dépôt pharmaceutique  : dans nos pays, il n’y a pas d’assurance médicale pour la majorité des Burkinabè. Chaque patient honore ses frais de consultation, de médicaments et d’hospitalisation. Ainsi notre mission consiste surtout à disponibilité les médicaments pour les patients qui fréquentent la structure.
Dans nos pays en voie de développement, les médicaments génériques ou les spécialités médicamenteuses sont toujours importés des firmes pharmaceutiques d’autres pays par des centrales d’achat nationales. La gestion consiste à rentrer en contact avec ses grossistes locaux pour trouver les consommables et les médicaments  ….tâche pas facile parce qu’il faut aller vite à la recherche de la qualité et de la quantité en fonction de la fréquentation de la structure.

Hôpital Paul VI de Ouagadougou

La santé au Burkina

Le Burkina est un des pays en voie de développement et qui essaie par tous les moyens d’améliorer les conditions sanitaires de sa population  ; l’Eglise catholique qui a plusieurs vocations s’est engagée à côté de l’état pour combattre les maladies. Et elle compte toujours sur l’aide des personnes de bonnes volontés pour l’accomplissement de cette tâche. Car la majorité de la population ne bénéficie pas des assurances sanitaires comme en France.
Ainsi je vous prie de vous réjouir de cet acquis qui est trésor inestimable  : la santé n’a pas de prix mais a toujours un prix salé à payer pour les plus pauvres de nos pays.

Voici le site de l’hôpital Paul VI  : www.hopitalpaul6.org// www.cmapaul6.org
Mes contacts  : –  email  : doamjean@yahoo.fr
     -Téléphone ( France)  : 06 05 88 06 38
    -Téléphone (Burkina Faso) 00226 70168602
Je traduis ma reconnaissance au diocèse de Lyon pour l’accueil et l’hospitalité.
Merci aussi à vous pour tout ce que vous ferez pour notre mission (prière, don de matériels et de consommables… ) au sein de cette structure hospitalière qu’est l’hôpital Paul VI.
Que Dieu vous bénisse abondamment  !