Lecture de la messe du Dimanche 28 juin

Ce Dimanche, nous célébrerons la solennité de St Irénée, vous trouverez ci-dessous les lectures de cette messe :

Première lecture :

Lecture du livre de l’Apocalypse 7, 13-17

Moi Jean, j’ai vu une foule immense devant le trône de Dieu. L’un des Anciens prit alors la parole et me dit : « Ces gens vêtus de robes blanches, qui sont-ils, et d’où viennent-ils ? » Je lui répondis : « Mon seigneur, toi, tu le sais. » Il me dit : « Ceux-là viennent de la grande épreuve ; ils ont lavé leurs robes, ils les ont blanchies par le sang de l’Agneau. C’est pourquoi ils sont devant le trône de Dieu, et le servent, jour et nuit, dans son sanctuaire. Celui qui siège sur le Trône établira sa demeure chez eux. Ils n’auront plus faim, ils n’auront plus soif, ni le soleil ni la chaleur ne les accablera, puisque l’Agneau qui se tient au milieu du Trône sera leur pasteur pour les conduire aux sources des eaux de la vie. Et Dieu essuiera toute larme de leurs yeux. »

Psaume 125

R/ Ceux qui sèment dans les larmes moissonnent en chantant.

Quand le Seigneur ramena les captifs à Sion,*
nous étions comme en rêve !
Alors notre bouche était pleine de rires,
nous poussions des cris de joie ; +
alors on disait parmi les nations :

« Quelles merveilles fait pour eux le Seigneur ! »
Quelles merveilles le Seigneur fit pour nous :
nous étions en grande fête !
Ramène, Seigneur, nos captifs,
comme les torrents au désert.

Qui sème dans les larmes moissonne dans la joie : +
il s’en va, il s’en va en pleurant, il jette la semence ; *
il s’en vient, il s’en vient dans la joie,
il rapporte les gerbes.

Deuxième lecture :

Lecture de la Deuxième Lettre de St Paul Apôtre à Timothée 2, 22b-26

Fils bien-aimé, cherche à vivre dans la justice, la foi, la charité et la paix, avec ceux qui invoquent le Seigneur d’un cœur pur. Évite les discussions folles et simplistes : tu sais qu’elles provoquent des querelles. Or un serviteur du Seigneur ne doit pas être querelleur ; il doit être attentionné envers tous, capable d’enseigner et de supporter la malveillance ; il doit reprendre avec douceur les opposants, car Dieu leur donnera peut-être de se convertir, de connaître pleinement la vérité : ils retrouveront alors leur bon sens et se dégageront des pièges du diable qui les retient captifs, soumis à sa volonté.

Alleluia, Alleluia. Demeurez en moi comme je demeure en vous, dit le Seigneur. Celui qui demeure en moi porte beaucoup de fruits. Alleluia

+ Evangile de Jésus Christ selon St Jean 15, 1-8

En ce temps-là Jésus disait : « Moi, je suis la vraie vigne, et mon Père est le vigneron. Tout sarment qui est en moi, mais qui ne porte pas de fruit, mon Père l’enlève ; tout sarment qui porte du fruit, il le purifie en le taillant, pour qu’il en porte davantage. Mais vous, déjà vous voici purifiés grâce à la parole que je vous ai dite. Demeurez en moi, comme moi en vous. De même que le sarment ne peut pas porter de fruit par lui-même s’il ne demeure pas sur la vigne, de même vous non plus, si vous ne demeurez pas en moi. Moi, je suis la vigne, et vous, les sarments. Celui qui demeure en moi et en qui je demeure, celui-là porte beaucoup de fruit, car, en dehors de moi, vous ne pouvez rien faire. Si quelqu’un ne demeure pas en moi, il est, comme le sarment, jeté dehors, et il se dessèche. Les sarments secs, on les ramasse, on les jette au feu, et ils brûlent. Si vous demeurez en moi, et que mes paroles demeurent en vous, demandez tout ce que vous voulez, et cela se réalisera pour vous. Ce qui fait la gloire de mon Père, c’est que vous portiez beaucoup de fruit et que vous soyez pour moi des disciples. »

la Lettre de la paroisse

Coup d'œil… sur les représentations de la Miséricorde (1 ...

Communication pour rester les uns avec les autres… en communion

Chers Paroissiens,

Ce Dimanche nous allons célébrer la fête du Sacré Cœur de Jésus. Cette fête nous invite à lever les yeux vers le Cœur de Jésus empli d’amour pour tous les hommes et transpercé à la Croix. Le Cœur de Jésus est la source de la divine miséricorde. Les lectures de la messe nous introduisent dans l’immensité de l’amour de Dieu, amour qui s’est « condensé » dans le cœur de Jésus durant sa vie terrestre et après sa résurrection a pris les dimensions du monde et de l’éternité.

Lire la suite: la Lettre de la paroisse