Lien hebdomadaire paroissial

Dimanche 17 janvier

Parole de Dieu: Évangile de Jean 1,35-42

2e dimanche du temps ordinaire

Lectures du jour : 1 Samuel 3,3-10.19 ; Psaume 39 ; 1ere lettre aux Corinthiens 6,13-15.17-20 ; Evangile de Jean 1,35-42

COMMENTAIRE

Jean-Baptiste prêche aux abords du Jourdain, et ce jour-là il est accompagné de deux de ses disciples, André, et un autre, dont nous ne saurons pas le nom : certains pensent qu’il s’agit peut-être de l’apôtre Jean lui-même ; voyant Jésus, Jean-Baptiste dit à ses disciples : « Voici l’Agneau de Dieu » et il n’en faut pas plus pour que les deux disciples quittent leur maître (Jean-Baptiste) pour se mettre à suivre Jésus.
Saint Jean raconte : « Les deux disciples entendirent cette parole, et ils suivirent Jésus ». On peut en déduire que l’expression « Agneau de Dieu » était habituelle. Je m’arrête donc sur ce titre « d’Agneau de Dieu » appliqué à Jésus.
Pour des hommes qui connaissaient bien l’Ancien Testament, ce qui est le cas des disciples de Jean-Baptiste, l’expression « Agneau de Dieu » pouvait évoquer quatre images très différentes.
Premièrement, on pouvait penser à l’agneau pascal : le rite de la Pâque, chaque année, rappelait au peuple que Dieu l’avait libéré ; la nuit de la sortie d’Egypte, Moïse avait fait pratiquer par le peuple le rite traditionnel de l’agneau égorgé, mais il avait insisté : « Désormais, chaque année, ce rite vous rappellera que Dieu est passé parmi vous pour vous libérer. Le sang de l’agneau signe votre libération. »
Deuxièmement, le mot « agneau » faisait penser au Messie dont avait parlé le prophète Isaïe : il l’appelait le Serviteur de Dieu et il le comparait à un agneau : « Brutalisé, il s’humilie ; il n’ouvre pas la bouche, comme un agneau traîné à l’abattoir, comme une brebis devant ceux qui la tondent : elle est muette ; lui n’ouvre pas la bouche. » (Is 53,7). D’après Isaïe, le Serviteur de Dieu, le Messie subissait la persécution et la mort (c’est pour cela que le prophète parlait d’abattoir), mais ensuite il était reconnu comme le sauveur de toute l’humanité : Isaïe disait : « Voici que mon serviteur triomphera, il sera haut placé, élevé, exalté à l’extrême. » (Is 52,13)
Troisièmement, l’évocation d’un agneau, cela faisait penser à Isaac, le fils tendrement aimé d’Abraham. Or Abraham avait cru un moment que Dieu exigeait la mort d’Isaac en sacrifice. Et il était prêt à accomplir ce geste que nous trouvons horrible, parce qu’à son époque, d’autres religions le demandaient. Et, quand Isaac avait posé à son père la question « mais où est donc l’agneau pour l’holocauste ? », Abraham avait répondu : « C’est Dieu qui pourvoira à l’agneau pour l’holocauste, mon fils ». Et, Abraham ne croyait pas si bien dire : car au moment où il allait offrir son fils, Dieu avait arrêté son geste, comme chacun sait, en lui disant « ne porte pas la main sur l’enfant ». Et il avait lui-même désigné à Abraham un animal pour le sacrifice. Et depuis ce jour-là, en Israël, on a toujours su que Dieu ne veut à aucun prix voir couler le sang des hommes.
Enfin, quatrièmement, en entendant Jean-Baptiste parler d’un agneau, les disciples ont peut-être pensé à Moïse ; car les commentaires juifs de l’Exode comparaient Moïse à un agneau : ils imaginaient une balance : sur l’un des deux plateaux, il y avait toutes les forces de l’Egypte rassemblées : Pharaon, ses chars, ses armées, ses chevaux, ses cavaliers. Sur l’autre plateau, Moïse représenté sous la forme d’un petit agneau. Eh bien, face à la puissance des pharaons, c’étaient la faiblesse et l’innocence qui l’avaient emporté.
Nous ne savons évidemment pas ce que Jean-Baptiste avait en vue lorsqu’il a comparé Jésus à un agneau ; mais, lorsque, bien longtemps après, l’évangéliste Jean rapporte la scène, il nous invite à rassembler toutes ces images différentes ; à ses yeux, c’est l’ensemble de ces quatre images qui dessine le portrait du Messie. Tout d’abord, il est le véritable « agneau pascal », car il libère l’humanité du pire esclavage, celui du péché. Il ôte le péché du monde, ce qui pourrait se traduire « il répand l’amour sur le monde », il réconcilie l’humanité avec Dieu.
Deuxième facette de sa personne, il mérite bien le titre de Serviteur de Dieu puisqu’il accomplit la mission fixée au Messie, celle d’apporter le salut à l’humanité ; et comme le serviteur souffrant décrit par Isaïe, il a connu l’horreur et la persécution (c’est la croix) puis la gloire (et c’est la Résurrection).
Troisièmement, Saint Jean nous invite à voir en Jésus un nouvel Isaac. Lui aussi est un fils tendrement aimé totalement offert et disponible à la volonté du Père. Comme le dit la lettre aux Hébreux (en reprenant le psaume 39/40 : « En entrant dans le monde, le Christ dit : « Tu n’as voulu ni sacrifice ni offrande… alors j’ai dit : Me voici, je suis venu, mon Dieu, pour faire ta volonté. » (He 10,5-6).
Enfin, quatrièmement, vous vous souvenez que la petitesse de Moïse face aux forces de Pharaon était comparée à celle d’un agneau. Et, grâce à Dieu, le petit avait réussi à conquérir sa liberté et celle de son peuple. L’image s’applique tout aussi bien à Jésus, le « doux et humble de coeur », comme il le disait lui-même.
Les événements de la vie, la mort et la Résurrection du Christ accompliront donc encore mieux que Jean-Baptiste ne pouvait l’entrevoir ce mystère de l’agneau victime et pourtant triomphant ; comme le dit Saint Pierre dans sa première lettre : « Vous avez été rachetés (c’est-à-dire libérés) de la vaine manière de vivre héritée de vos pères, par le sang précieux, comme d’un agneau sans défaut et sans tache, celui du Christ… » (1 P 1,18-19). Et ici, comme on le sait, « sang » veut dire « vie offerte »

Marie-Noëlle THABUT

Calendrier paroissial :

Messes en semaine :

  • Mardi 19 janvier à 9h crypte saint André
  • mercredi 20 janvier à 17h Ancy
  • jeudi 21 janvier à 9h Sainte Madeleine
  • vendredi 22 janvier à 17h Saint Loup.

Messes du WE du 23-24 Janvier :

  • samedi 23 janvier 16h30 à Pontcharra
  • dimanche 24 janvier 9h à Saint Forgeux ; 10h à Sainte Madeleine ; 11h à Saint Clément.

Adoration du Saint Sacrement : tous les samedis de 10h à 12h dans l’église Sainte Madeleine avec possibilité de faire une démarche du sacrement de la réconciliation.

Secrétariat paroissial : Depuis le 4 Janvier le secrétariat paroissial est transféré à la cure de Pontcharra : 7 place Jean XXIII 69490 Vindry-sur-Turdine. Tél : 04 74 63 02 11 . Une permanence d’accueil est organisée tous les jours du lundi au vendredi de 9h à 11h30 et le samedi matin de 10h à 11h30.

Le Coin des enfants

  • Avec Théobule
https://www.theobule.org/video/venez-et-voyez/132
  • Jeux à télécharger et imprimer

https://www.theobule.org/var/fichiers/pdf/jeu-a3s1s1-jeux-a-imprimer-venez-et-voyez.pdf

  • Vidéo : A toi la parole ( Parole d’enfant)/ Éléonore et l’agneau de Dieu 1mn 20

Éléonore et l’agneau de Dieu – catéchèse enfants – Théobule (theobule.org)

  • Pour aller plus loin
  • De nombreuses ressources

http://www.idees-cate.com/le_cate/premiersdisciples.html

Tout ce qui est techniquement possible est-il recevable du point de vue éthique ?  Comment protéger l’Homme en comprenant qu’il n’est pas un bien que l’on transforme ? Quel monde édifions-nous ? Aussi bien pour nous que pour les générations à venir ? Les questions soulevées par la révision des lois de bioéthique sont complexes. Face à ces enjeux, la Conférence des évêques de France entend contribuer au débat. Elle propose, avec une série de podcast, une réflexion simple qui repose sur les principes fondamentaux de la préservation de la dignité humaine et qui invite chacun, à un discernement personnel et engagé.

Les évêques de France ont souhaité appeler tous les catholiques ainsi que les hommes et femmes de bonne volonté à se tourner vers Dieu en priant et en jeûnant pour Lui demander la grâce de nous ouvrir les yeux à tous et d’être ensemble des artisans du respect de l’être humain dès sa conception.

De nombreux documents et articles sont publiés sur le site de la conférence des évêques de France. Lisons-les, alimentons notre propre réflexion.

https://eglise.catholique.fr/sengager-dans-la-societe/eglise-et-bioethique/

Lien quotidien paroissial

Samedi 16 janvier

Parole de Dieu du jour : Marc 2,13-17

Jésus appelle Levi (celui qui serait l’évangéliste Matthieu) plutôt brusquement (au beau milieu de son travail), et Levi répond avec empressement. En effet, Levi est tellement exalté qu’il organise un dîner dans sa maison pour Jésus et ses disciples. Il invite également certains de ses propres amis. Jusqu’ici tout va bien. Le problème est que Levi est un percepteur de taxes et de péages, et ses amis sont des percepteurs d’impôts / péages, et d’autres «pécheurs», en tous les cas ils travaillent au service de l’occupant romain… Toutes ces personnes sont méprisées et marginalisées au sein de la société juive, à la fois pour des raisons sociales et religieuses. Que fait Jésus en leur compagnie? Les scribes désapprouvent fortement ce qu’ils voient et expriment leur mécontentement aux disciples de Jésus.


Toute cette histoire est le prémice de ce que sera un des motifs de la déclaration d’arrestation de Jésus…

Jésus est venu, «pour les pécheurs ». Dans l’évangile d’hier, Jésus est venu libérer le paralytique du péché avant de faire une guérison en tant que telle. Le combat que vient mener Jésus c’est de libérer les hommes du péché. Loin d’être une situation à éviter, la compagnie des «pécheurs» est précisément le lieu de rencontre avec Jésus.Ils ont le plus besoin de sa guérison. Cet enseignement s’applique aujourd’hui à l’Église, à nos paroisses, lieux de travail et foyers. Dans quelle mesure notre attitude envers les autres est-elle celle de Jésus? Aurions-nous été à l’aise au dîner de Levi?…

MESSAGE AUX FAMILLES DE KT

Un message va être envoyé prochainement aux familles des enfants de la catéchèse. Les conditions sanitaires sont compliquées et évoluent chaque jour . Nous attendons de nouvelles recommandations de la préfecture et de l’évêché pour savoir comment organiser la catéchèse. Depuis Novembre tout est désorganisé. Il faut que nous le comprenions tous.

Un rendez vous qui ne change pas avec le Seigneur : c’est la messe du dimanche. Je souhaiterais voir nos enfants et nos familles aux messes du dimanche. C’est un lieu privilégié de catéchèse., ne serait ce que pour envisager la préparation des premières communions.


Je vous encourage aussi à lire l’évangile en famille, chaque jour, cette parole de Dieu est notre seule vraie boussole fiable, surtout en ces temps incertains et perturbés. Chaque dimanche une catéchèse adaptée vous est proposé à vivre en famille.


Je compte sur vous et prie pour vous

Lien quotidien paroissial

Vendredi 15 janvier

EN RAISON DES MESURES DE COUVRE-FEU LA MESSE ANTICIPÉE DU DIMANCHE CELEBREE EN L’ÉGLISE SAINT ANTOINE DE PONTCHARRA EST A 16H30 JUSQU’À NOUVEL ORDRE

Parole de Dieu du jour : 2,1-12

COMMENTAIRE

De la foi ou de l’incroyance, qu’est-ce qui l’emportera dans le cœur des hommes ? C’est le drame qui traverse tout le ministère de Jésus, et il est déjà présent dès les premiers jours à Capharnaüm.

La foi, elle existe réellement chez ces hommes qui apportent le brancard ; une foi décidée, active, presque impatiente. Ils souffrent de voir souffrir ce handicapé, leur ami, et ils savent que Jésus est pour lui la dernière chance, une vraie chance comme Dieu seul en envoie. Et c’est pourquoi leur foi se traduit en charité : coûte que coûte il faut traverser l’indifférence de la foule ; par tous les moyens il faut ménager à l’infirme une rencontre avec Jésus ; il faut que, pour un instant au moins, ce pauvre qui ne peut plus rien passe avant les autres. Si Jésus voit cet homme, ce paquet de souffrance et de misère, c’est gagné d’avance.

L’incroyance est là, elle aussi, présente au rendez-vous, dans le cœur de quelques scribes, des intellectuels bien assis pour écouter, pour peser, pour juger. Ils ont bien compris, pourtant ; ils ont raisonné juste, et posé la vraie question :« Qui peut remettre les péchés, sinon Dieu seul ? » Mais ils se dérobent devant la vraie conclusion ; ils fuient devant l’acte de foi. Plutôt que d’admettre :« Cet homme fait les œuvres de Dieu », ils préfèrent dire : « Cet homme blasphème ! »

Il en sera ainsi dans tous les temps. Il se trouvera toujours des hommes pour refuser le paradoxe du Christ, pour ramener le Christ aux dimensions de l’ordinaire, et pour trouver insoutenable que Jésus Christ, vrai homme, agisse aussi en vrai Dieu.

Mais ne jetons pas trop vite la pierre aux scribes, et mesurons bien ce que l’attitude de Jésus devait avoir de déroutant. Le brancard descend par le trou du toit ; l’homme est là, aux pieds de Jésus, plus immobile que jamais. Tout le monde attend la parole de guérison, mais les mots qui viennent semblent ignorer la souffrance physique : « Mon enfant, les péchés te sont remis ». Jésus n’a pas répondu au niveau de la demande, parce qu’il veut situer d’emblée son action au niveau de l’essentiel et du définitif. On demande la santé du corps ; il donne la liberté du cœur. On réclame de pouvoir agir ; il donne d’être selon Dieu. Au risque de décevoir le paralysé, au risque d’inquiéter les scribes, il dit tout de suite la parole du salut, parce qu’il est le Fils de l’Homme qui apporte le salut d’auprès de Dieu.

Mais pourquoi cette hâte, pourquoi bousculer et désappointer ainsi l’espérance immédiate ? Saint Marc nous le dit en toutes lettres :« Jésus, voyant leur foi, dit au paralysé : tes péchés sont remis ». Jésus a vu leur foi, il compte sur leur foi, et il veut répondre à leur audace par son audace de Fils de Dieu. Voilà pourquoi il leur révèle d’un coup de quoi est faite l’initiative du Père. La guérison viendra, mais dans un second temps, comme une récompense de la foi, et comme un signe pour ébranler l’incroyance des scribes :« Je te l’ordonne, prends ton brancard et va-t-en chez toi ! »

 Alors que les sénateurs vont bientôt se plonger dans la deuxième lecture des lois de bioéthique, Les évêques de France ont souhaité appeler tous les catholiques ainsi que les hommes et femmes de bonne volonté à se tourner vers Dieu en priant et en jeûnant pour Lui demander la grâce de nous ouvrir les yeux à tous et d’être ensemble des artisans du respect de l’être humain dès sa conception

Prière pour le Vendredi 15 Janvier :

 Parole de Dieu (Lc 5, 24-25) : Jésus répondit aux scribes et aux pharisiens : « Pour que vous sachiez que le Fils de l’homme a autorité pour pardonner les péchés sur la terre… – Jésus s’adressa au paralysé – je te le dis, lève-toi, prends ton brancard, et rentre dans ta maison ». il se leva, prit aussitôt son brancard, et sortir devant tout le monde.

Intentions de prière : Rendons grâce à Dieu le Père pour la beauté de la dignité humaine en chaque être humain, son enfant bien-aimé, quelle que soit la gravité de son péché.

Supplions Dieu pour que nos yeux voient cette dignité chez les plus faibles qui ont à porter leur brancard, symbole de leur maladie, de leur handicap, de leur fragilité, de leur dépendance. Prions pour les hommes et les femmes engagés dans le soin et l’accompagnement

PAPE FRANÇOIS : Catéchèse Notre Père (2)

AUDIENCE GÉNÉRALE

Salle Paul VI
Mercredi 12 décembre 2018

[Multimédia]


Lien quotidien paroissial

Jeudi 14 janvier

Parole de Dieu du jour : Marc 1,40-45

COMMENTAIRE

« Seigneur, si tu le veux tu peux me purifier » : tu peux me purifier de mes peurs, de mes propos excessifs, de la violence, du découragement, du fatalisme, de l’orgueil, du mensonge… bref de toute forme de péchés quotidien….

Suis-je capable de mettre ma foi dans ce « Jésus guérisseur ». Est-ce que je sais faire appel à lui ? …

Jésus manifeste a ce lépreux, son désir profond de le libérer de son mal, ce mal de l’exclusion qu’était la lèpre avec toutes ses conséquences. Demandons la grâce de savoir accueillir dans nos vies le désir de Jésus de nous libérer de tout mal.

Voilà une belle démarche de réflexion sur le sacrement de la réconciliation dans ma vie. Ce sacrement n’est pas simplement un sacrement de l’aveu de mes fautes, mais un sacrement où j’accueille comme une guérison, la grâce du pardon.

MÉDITATION

Puissance d’attraction

Dans la rencontre de Jésus avec le lépreux, nous pouvons observer un mouvement très frappant : un lépreux, un proscrit, interdit de contact, exclu, condamné à n’approcher personne, à se tenir à l’écart des villes et villages et à signaler sa présence à distance, un lépreux s’approche pourtant de Jésus. Non seulement celui-ci ne le repousse pas, mais il le « touche ». Ce contact entre Jésus et l’impur est décisif. Et presque aussitôt, parce que le lépreux se met à divulguer l’histoire, Jésus doit endosser, lui, la situation du lépreux qu’il a guéri, comme une impureté qu’il aurait contractée à ce contact : il ne peut plus entrer dans une ville, il doit rester en dehors, dans les lieux déserts. Mais le mouvement paradoxal ne s’arrête pas là, il rebondit encore : Et l’on venait auprès de lui, de partout. Cette poursuite du mouvement d’attraction de Jésus et sa généralisation montrent que l’impureté ne s’est nullement transférée sur lui : il reste bien le centre vital autour duquel gravite le monde. Jésus, quand il s’écarte du monde, voit le monde venir à lui de plus en plus, comme magnétiquement ! Puissance du magnétisme de Jésus, prophétie en acte : « Quand je serai élevé de terre, j’attirerai tous les hommes à moi » (Jn 12, 32).

David-Marc d’Hamonville, o.s.b.

Moine bénédictin, David-Marc d’Hamonville est père abbé de l’abbaye d’En-Calcat. / Marc, l’histoire d’un choc, Paris, Cerf, 2019, p. 51.

Appel des évêques de France : Bioéthique

Alors que l’examen en deuxième lecture du projet de loi bioéthique démarre le 2 février prochain au Sénat, les évêques de France invitent les catholiques et les hommes et femmes de bonne volonté à « se tourner vers Dieu en priant et en jeûnant pour Lui demander la grâce de nous ouvrir les yeux ».

La prière, dernier recours face au projet de loi bioéthique ? C’est une initiative inédite que proposent les évêques de France à celles et ceux qui désirent témoigner de leur inquiétude au projet de loi bioéthique. Alors que le texte, qui ouvre notamment la PMA aux couples de femmes et aux femmes seules, va être débattu en deuxième lecture au Sénat à partir du 2 février, les évêques proposent à partir du 15 janvier quatre vendredis de jeûne et de prière. « Nous souhaitons appeler tous les catholiques ainsi que les hommes et femmes de bonne volonté à se tourner vers Dieu en priant et en jeûnant pour Lui demander la grâce de nous ouvrir les yeux à tous et d’être ensemble des artisans du respect de tous les êtres humains dès leur conception », expliquent-ils dans un communiqué.

 Dès ce vendredi, le 15 janvier, « chacun, chaque famille, chaque communauté, chaque paroisse, chaque équipe de mouvement » est invité à « trouver sa manière de jeûner et sa forme de prière ». « Que tout soit fait dans la foi en Dieu notre Père », rappellent les évêques. « Qu’Il ouvre nos yeux sur ‘la grandeur sacrée du prochain’. Qu’il nous engage à édifier ensemble une société où les techniques demeurent à leur humble et utile place de servantes, où les petits sont les premiers de cordée, où ainsi grandira la véritable fraternité ». Chaque vendredi, une méditation de la parole de Dieu est proposée ainsi que trois intentions de prière.

Lors de l’examen du texte en première lecture, le Sénat avait donné son aval à la mesure emblématique du texte, l’ouverture de la PMA aux femmes seules et aux couples de femmes, mais avait limité le remboursement par la Sécurité sociale à la procréation médicalement assistée à « caractère médical ». Les députés ont effacé en deuxième lecture cette limitation, comme nombre des modifications introduites par la chambre haute en première lecture. Ils ont également voté un amendement autorisant l’interruption médicale de grossesse (IMG), permis pendant neuf mois, pour cause de « détresse psychosociale« .

  « La version issue de l’Assemblée nationale en seconde lecture est pire que la version gouvernementale initiale », regrettait le député LR Thibault Bazin lors de l’explication de vote sur le texte. « Elle contient de nouvelles dérives marchandes : l’extension, à titre expérimental, aux centres à but lucratif de la gestion des gamètes ; le double discours du garde des sceaux qui renonce à dissuader nos compatriotes d’aller louer le corps de femmes à l’étranger. Elle contient de nouvelles dérives transhumanistes : la possibilité confirmée de créer bientôt des embryons transgéniques, des gamètes artificiels à des fins de recherche, des embryons chimériques ».

PAPE FRANÇOIS : catéchèse sur le Notre Père (1)

AUDIENCE GÉNÉRALE

Salle Paul VI
Mercredi 5 décembre 2018

[Multimédia]