Lien hebdomadaire paroissial

Dimanche 4 décembre

« Pas de souci ! » On connaît l’expression qui s’est imposée dans le langage courant depuis une quinzaine d’années. Dans les relations entre amis, dans les relations professionnelles, l’expression retentit comme une antienne : « pas de souci ! » Certes, c’est une des vertus du langage que de rendre, dans nos relations, toute chose agréable. Mais l’expression, bien de notre époque qui se veut toujours positive et politiquement correcte, est très illusoire. Des soucis, nous en avons tous. Dame liturgie le sait bien, qui nous fait demander en ce jour : « Seigneur, ne laisse pas le souci de nos tâches présentes entraver notre marche à la rencontre de ton Fils ». Elle attire notre attention sur ce que nous en faisons et la place qu’ils occupent dans notre vie, notre vie de foi en particulier.

C’est dans ce contexte, qu’en ce deuxième dimanche de l’Avent, retentit une autre expression : « convertissez-vous ! » Le violet, couleur liturgique de la conversion et de la pénitence, ne se porte jamais aussi bien qu’en ce jour, alors que l’Avent se parerait également des autres couleurs liturgiques : le vert, couleur de l’espérance à laquelle invite tout particulièrement, dans son appel à la vigilance, le premier dimanche de l’Avent ; le blanc, couleur de la joie qui sera la marque de dimanche prochain ; et le rouge, couleur de l’Esprit-Saint, qui recouvrira la Vierge Marie, dans cette imminence de la Nativité qui caractérise le quatrième dimanche de l’Avent.

Mais en ce jour, par la bouche de Jean-Baptiste, l’appel à la conversion retentit dans le désert. Laissons-le retentir à nouveau dans nos cœurs ! Que signifie-t-il durant ce temps de l’Avent ? D’abord, les mots (« préparer », « aplanir », « nettoyer ») et les gestes de l’évangile (la vie au désert de Jean-Baptiste, sa vêture et sa nourriture) le disent avec force, la conversion de l’Avent est un retour à l’essentiel, ou plus précisément une recherche de l’essentiel. L’image du tri entre le grain et la paille peut nous aider. Qu’est-ce qui dans nos vies mérite d’être brûlé ou tout au moins laissé de côté et qu’est-ce qui mérite d’être recueilli et cultivé ?

Croire en Dieu nous guide dans cette appréciation et donne de la profondeur à nos vies tout en relativisant certaines choses, certains soucis aussi. La conversion de l’Avent comporte ensuite un appel à écouter plus attentivement l’Ecriture : « prêtez l’oreille ! » Saint Paul le disait : les livres saints ont été écrits « pour nous instruire afin que nous possédions l’espérance grâce à la persévérance et au courage (on pourrait traduire aussi la consolation) que donne l’Ecriture ». Lire l’Ecriture, ce n’est pas ressasser toujours les mêmes histoires mais retourner à la source (il s’agit bien d’une conversion) pour se laisser transformer et aller plus loin.

Dans notre évangile, Isaïe donne à Jean-Baptiste de discerner le moment unique de l’histoire qui se vit, les mots pour dire ce qu’il convient de faire et aux lecteurs de comprendre le geste de Jean-Baptiste (« Jean est celui que désignait la parole transmise par le prophète Isaïe »). L’Avent nous est donné pour relire l’Ecriture. L’huile de notre vigilance est la lecture, patiente, fervente et qui façonne « l’intelligence du cœur » que nous demandions dans la prière d’ouverture de notre messe. Cette intelligence nous donne d’apprécier à leur juste place les soucis qui peuvent assaillir notre cœur.

Troisièmement, l’invective de Jean-Baptiste « engeance de vipère » – lui, ne fait pas dans le politiquement correct – nous invite à vérifier nos points d’appui. En quoi, en qui, dans nos choix, dans nos attitudes, dans notre vie intérieure, faisons-nous confiance ? Jean-Baptiste fustige les pharisiens dont l’assurance est d’être fils d’Abraham. La cognée à la racine de nos arbres nous permet de repérer et de vérifier nos racines. Il y a dans certains de nos soucis des appuis mal établis, quand nous attendons parfois trop des autres ou parfois trop de soi, souvent pas assez de Dieu.

Quatrièmement, Jean-Baptiste nous interroge sur les fruits de notre conversion. Certes, la conversion n’est pas la récompense de ces fruits, certes ces fruits ne sont pas nécessairement abondants ni beaux à voir (il faut l’œil de Jésus regardant l’obole de la veuve pour les apprécier en vérité), mais se convertir c’est accueillir effectivement et donc efficacement la grâce, dans l’action de grâce. C’est le sens de se reconnaître pécheur, pas simplement pour fuir une menace (la colère de Dieu), se réfugier en Dieu pour en obtenir quelque chose, mais reconnaître les errances, les incohérences, les offenses de notre vie et tout attendre de Dieu.

Enfin, cinquièmement, Jean le Baptiste annonce le Royaume tout proche et la venue de Celui qui vient. Quel est le désir profond de notre cœur ? Celui de mieux connaître Dieu comme l’exprime Isaïe : « la connaissance du Seigneur remplira le pays comme les eaux recouvrent le fond de la mer » ? Celui d’éprouver la paix exprimée en terme d’harmonie cosmique (« le loup avec l’agneau ») dans la première lecture ou fraternelle (les « mêmes cœurs et mêmes voix ») de la seconde ? Ces horizons rencontrent-ils en nous un cœur blasé ou un cœur assoiffé, réaliste mais plein d’espérance ? L’épreuve de nos soucis peut nous faire accéder à ces désirs plus ou moins profonds qui habitent notre cœur.

On le voit à travers ce quintette d’orientations ouvertes par notre liturgie de la Parole, l’appel à la conversion durant ce temps de l’Avent nous fait cheminer à la rencontre de celui qui est la lumière et qui a demeuré parmi nous. Lui seul peut nous donner la véritable « intelligence du cœur » de ce que nous vivons, le désir de l’accueillir et de lui faire la place avec les détachements que cela implique, le courage pour le combat et l’espérance…

Et nos soucis dans tout cela ? Nous avons vu en passant que ce chemin de conversion de l’Avent pourra en relativiser certains en les situant à leur juste place et en trouvant les moyens pour y faire face. « Nettoyer, amasser et brûler » dit l’évangile. D’autres au contraire ne disparaîtront pas. Ils sont la trace de souffrances, de combats, de désirs qui nous taraudent en profondeur. Nous en repérons alors les vrais enjeux. Notre foi, mise à l’épreuve, est en même temps le grand appui. L’expérience de ces soucis peut ainsi devenir un lieu pour mieux connaître et mieux compter sur le Seigneur, fidèle et miséricordieux, comme le dit saint Paul. Sa fidélité est là quand nous nous décourageons, sa miséricorde et sa douceur sont plus fortes que nos duretés, nos refus et nos impatiences, son exigence nous retient des capitulations et des compromissions. Que l’appel à la conversion retentissant en ce jour nous encourage, nous réjouisse et nous donne déjà de rencontrer Celui qui vient.

AGENDA

  • Samedi 3 Décembre :
    • 9h30 – 11h30 Salle KT de St Forgeux : Réunion ERP Pôle des Cerisiers
    • 14h30 – 16h30 maison paroissiale : Réunion ERP Pôle Colline
    • 20h30 Ste Madeleine Tarare : Concert chorale départementale : missa katharina de Jacobs DE HAAN
  • Samedi 10 Décembre :
    • 10h maison paroissiale : temps fort atelier Noël préparation messes de la veillée de Noël pour les  enfant de la catéchèse
    • 14h30 maison paroissiale : ERP Pôle Val de Turdine
    • 20h30 église Sainte Madeleine : Concert gospel entre Ciel et Terre cf dernière page
  • Jeudi 15 Décembre 20h00 maison paroissiale : rencontre de l’Équipe d’Animation Paroissiale (EAP)
  • Vendredi 16 Décembre
  • 14h30-16h30 ou 20h-22h maison paroissiale : groupe Biblique. Récit de l’enfance dans l’évangile St Matthieu
  • A partir de 17h maison paroissiale : Rencontre aumônerie des jeunes lycéens et collégiens
  • Samedi 17 Décembre 10h-12h Maison paroissiale : Éveil à la foi enfants de 3-7 ans avec leur parents
  • Dimanche 18 Décembre : 
    • 9h Maison Paroissiale : catéchèse pour les fiancés sur le mystère de Noël suivie de la participation à la messe paroissiale de 10h30 à Ste Madeleine
    • 10h30 église Ste Madeleine : accueil de la demande baptême des enfants en âge scolaire 

MESSES EN SEMAINE DU 7 au 9 et 14 au 16 DÉCEMBRE

HorairesJeudiVendredi
7 au 9 Décembre9h Ste Madeleine18h Cure de Pontcharra
14 au 16 Décembre9h Ste Madeleine17h aux Tilleuls

MESSES DOMINICALES DU 3,4,10,11,17 et 18 DÉCEMBRE

HorairesSamediDimancheDimancheDimanche
18h309h10h3011h
3 et 4 Décembre18h30 Les OlmesAncyMesse de la Ste Cécile Ste Madeleine Tarare
10 et 11 Décembre18h30 Les OlmesSt MarcelSte Madeleine  TarareSt Romain de P. (Messe avec l’école ND des Roches)
17 et 18 Décembre18h30 Les OlmesDareizéSte Madeleine  TarareSt Forgeux (Messe de la Ste Cécile)

 REPAS SOLIDAIRE JOUR DE NOËL : Pour personnes seules ou isolées

Repas offert solidaire prit à la maison paroissiale le 25 décembre. Inscription urgente.

Si vous connaissez des personnes seules, merci de les informer et de les inscrire.

(Jusqu’au 23 décembre 2022.)

 Inscription : par mail à secretaire@paroissedupaysdetarare.fr

ou téléphone accueil paroissial : 04 74 63 02 11

LE COIN DES FAMILLES  avec Théobule .org

VIDÉOS

  • Bonne nouvelle : La visite de Marie à Elisabeth – Lc 1, 39-58

https://www.theobule.org/video/la-visite-de-marie-a-elisabeth-lc-1-39-58/913

  • Parole d’enfant : Jean : comme Jean-Baptiste et Elisabeth, sentir la présence de Jésus

https://www.theobule.org/video/jean-et-les-2-cousines/915

  • La question de Théobule : Quelles sont les merveilles que Dieu fait pour nous ?

https://www.theobule.org/video/quelles-sont-les-merveilles-que-dieu-fait-pour-nous/912

COLORIAGE : imprimer en suivant le lien

https://www.theobule.org/var/fichiers/image-jeu/jeu-a3s2s2-coloriage-marie-et-sa-cousine.jpg

JEUDI 8 DECEMBRE 2022 :

17h30 départ procession Eglise St André
18h louange animée par le groupe Sénevé
18h30 Célébration de La ParoleSoirée louange avec le groupe Sénevé
Avec vente crêpes- hots Dog- chocolat chaud- vin chaud

MERCI !!

Jubilé 30 ans diaconat

Il y a 35 ans Claire et nos quatre enfants avaient été consultés par l’Evêque sur mon éventuelle ordination. Chacun, avec ses mots, avait exprimé le vœu que je sois heureux dans mon ministère.

Le 20 novembre dernier, nous avons célébré ensemble la joie que j’ai eue pendant 30 années au service de l’Eglise  Oui, je suis un diacre heureux.

Claire se joint à moi pour vous remercier pour tous les gestes que vous nous avez manifestés et pour les cadeaux offerts à cette occasion. Ce moment d’action de grâce vécu avec vous m’encourage à essayer de continuer à servir l’Eglise avec joie.

Jean-Wilfrid Mahieux

Lien hebdomadaire paroissial

Dimanche 27 novembre

Aujourd’hui, premier dimanche de l’Avent, une nouvelle année liturgique commence. Au cours de ces quatre semaines de l’Avent, la liturgie nous conduit à célébrer le Noël  de Jésus, alors qu’elle nous rappelle qu’il vient tous les jours dans nos vies et qu’il reviendra glorieusement à la fin des temps. Cette certitude nous conduit à envisager l’avenir avec confiance, comme nous le demande le prophète Isaïe, qui par sa voix inspirée accompagne tout le chemin de l’Avent.

Lire la suite: Lien hebdomadaire paroissial

lien hebdomadaire paroissial

Dimanche 20 novembre

L’Apôtre Paul nous offre une vision très profonde de la centralité de Jésus. Il nous le présente comme le Premier-né de toute la création : en lui, par lui et pour lui toutes choses furent créées. Il est le centre de toutes choses, il est le principe : Jésus Christ, le Seigneur. Dieu lui a donné la plénitude, la totalité, pour qu’en lui toutes choses soient réconciliées (cf. Col. 1, 12-20). Seigneur de la création, Seigneur de la réconciliation. Cette image nous fait comprendre que Jé

sus est le centre de la création ; et, par conséquent, l’attitude demandée au croyant, s’il veut être tel, est de reconnaître et d’accueillir dans sa vie cette centralité de Jésus-Christ, dans ses pensées, dans ses paroles et dans ses œuvres. Et ainsi nos pensées seront des pensées chrétiennes, des pensées du Christ. Nos œuvres seront des œuvres chrétiennes, des œuvres du Christ, nos paroles seront des paroles chrétiennes, des paroles du Christ. Par contre, quand on perd ce centre, parce qu’on le substitue avec quelque chose d’autre, il n’en vient que des dommages, pour l’environnement autour de nous et pour l’homme lui-même.

Lire la suite: lien hebdomadaire paroissial

Lien hebdomadaire paroissial

Dimanche 13 novembre 2023

Dimanche 13 Novembre 2022

Le passage évangélique d’aujourd’hui (Lc 21, 5-19) contient la première partie du discours de Jésus sur les derniers temps, dans la version de saint Luc. Jésus le prononce alors qu’il se trouve face au Temple de Jérusalem, et il s’inspire des expressions d’admiration des personnes pour la beauté du sanctuaire et de ses décorations (cf. v. 5). Jésus dit alors : « Viendront des jours où il ne restera pas pierre sur pierre :  tout sera jeté bas » (v. 6). Nous pouvons imaginer l’effet de ces paroles sur les disciples de Jésus ! Il ne veut cependant pas offenser le temple, mais leur faire comprendre, ainsi qu’à nous aujourd’hui, que les constructions humaines, même les plus sacrées, sont passagères et qu’il ne faut pas placer en elles notre sécurité. Combien de présumées certitudes de notre vie, que nous avions tenues pour définitives, se sont ensuite révélées éphémères ! D’autre part, combien de problèmes nous ont semblé sans issue et ont ensuite été surmontés !

Jésus sait qu’il y a toujours ceux qui spéculent sur le besoin humain de sécurité. C’est pourquoi il dit : « Prenez garde de vous laisser abuser » (v. 8), et il met en garde contre les nombreux faux messies qui se seraient présentés (v. 9). Il y en a aussi aujourd’hui ! Et il ajoute de ne pas se laisser terroriser et désorienter par les guerres, les révolutions et les catastrophes, parce qu’elles aussi font partie de la réalité de ce monde (cf. vv. 10-11). L’histoire de l’Église est riche d’exemples de personnes qui ont affronté des difficultés et des souffrances terribles avec sérénité, parce qu’elles étaient conscientes d’être solidement entre les mains de Dieu. C’est un Père fidèle, un Père plein d’attention, qui n’abandonne pas ses enfants. Dieu ne nous abandonne jamais ! Cette certitude doit habiter notre cœur : 

Dieu ne nous abandonne jamais !

Demeurer fermes dans le Seigneur, avec la certitude qu’il ne nous abandonne pas, marcher dans l’espérance, travailler à construire un monde meilleur, en dépit des difficultés et des événements tristes qui marquent notre vie personnelle et collective, voilà ce qui compte vraiment ; c’est ce que la communauté chrétienne est appelée à faire pour aller à la rencontre du « Jour du Seigneur ». C’est précisément dans cette perspective que nous voulons placer l’engagement qui naît de ces mois pendant lesquels nous avons vécu avec foi le jubilé extraordinaire de la miséricorde, qui se conclut aujourd’hui dans les diocèses du monde entier par la fermeture des portes saintes des églises cathédrales. L’année sainte nous a invités, d’une part, à fixer le regard vers l’accomplissement du Royaume de Dieu et, de l’autre, à construire l’avenir sur cette terre, en travaillant à l’évangélisation du présent, pour en faire un temps de salut pour tous.

Dans l’Évangile, Jésus nous invite à garder solidement dans notre esprit et dans notre cœur la certitude que Dieu conduit notre histoire et connaît la fin dernière des choses et des événements. L’histoire se déroule avec son flux incertain et son mélange de bien et de mal, sous le regard miséricordieux du Seigneur. Mais tout ce qui arrive est conservé en Lui, notre vie ne peut pas se perdre parce qu’elle est entre ses mains. Prions la Vierge Marie, pour qu’elle nous aide, à travers les événements joyeux et tristes de ce monde, à garder une espérance ferme dans l’éternité et dans le Royaume de Dieu. Prions la Vierge Marie, afin qu’elle nous aide à comprendre en profondeur cette vérité :  Dieu n’abandonne jamais ses enfants !

Pape François

INFORMATIONS PAROISSIALES

LA MAISON PAROISSIALE est ouverte du lundi au vendredi de 9h à 11h30 à Tarare, et le samedi de 10h à 11h30 à la cure de Pontcharra

Adoration – confession église Sainte Madeleine Tarare : samedi 10h-12h

Groupe de prière Agape (Louange et prière) : chaque lundi, de 18h30 à 20h, salle De Vernoille, 6 rue Jean Moulin, à Pontcharra.

Chapelet : Chaque mardi 15h30 cure de Pontcharra, place St Jean XXIII (à côté de l’église) N’hésitez pas à nous  rejoindre

Groupe «  La croisée des chemins » : ce groupe vous invite à partager un moment de fraternité et d’échange à travers l’évangile et la prière chaque 1er dimanche du mois, à la maison paroissiale 5 rue Radisson, de 12h à 16h (repas tiré du sac). Renseignements auprès de M. Thierry Mayet, tel : 04 74 05 00 69 ou 06 32 39 14 91.

Prière des mamans : chaque vendredi matin, des Mamans se rassemblent en toute discrétion dans le village des Olmes, au domicile de l’une d’elles, pour prier, s’abandonner et confier leurs enfants au Seigneur, sans engagement. N’hésitez pas à nous rejoindre, nous serons très heureuses de vous accueillir ! Contact : R. RAISIN  06 16 21 52 43

Chrétiens à l’écoute : Vous souhaitez parler à quelqu’un, un seul numéro 04-78-81-48-88

Catéchèse : Pour éveil à la foi (à partir de 3ans), catéchèse (âge primaire) et aumônerie (+ 11ans) contact pour renseignement : coordinatrice@paroissedupaysdetarare.fr

AGENDA

  • Jeudi 17 novembre 20h  maison paroissiale : rencontre de préparation des catéchistes
  • Vendredi 18 Novembre :
    • A partir de 17h maison paroissiale : Rencontre d’aumônerie
    • 20h Salle de la Turdine (à côté de la poste) Pontcharra : AIDE ET FRATERNITE  conférence sur le Sénégal P.Edgard
  • Samedi 19 Novembre :
  • 10h maison paroissiale :  rencontre préparation baptême âge scolaire (primaire)
    • 16h – 18h Eglise St André :  rattrapage temps fort 1ère communion pour les enfants de primaire –

                                                  Les lieux d’Eglise

  • Jeudi 17 novembre 20h  maison paroissiale : rencontre de préparation des catéchistes
  • Vendredi 18 Novembre :
    • A partir de 17h maison paroissiale : Rencontre d’aumônerie20h Salle de la Turdine (à côté de la poste) Pontcharra : AIDE ET FRATERNITE  conférence sur le Sénégal P.Edgard
    • Samedi 19 Novembre :
    • 10h maison paroissiale :  rencontre préparation baptême âge scolaire (primaire)
    • 16h – 18h Eglise St André :  rattrapage temps fort 1ère communion pour les enfants de primaire
    • 9h – 15h Maison paroissiale, salle St Irénée : rencontre des fiancés : Les piliers du mariage, suivie d’un repas
  • Dimanche 20 Novembre Maison paroissiale : 30 ans de diaconat Jean Wilfrid apéritif après la messe
  • Mardi 22 novembre 10h30 église St Antoine de Pontcharra : fête de la  Ste Geneviève messe départementale de la gendarmerie
  • Dimanche 27 Novembre 10h30 église Ste Madeleine : Remise de la Bible aux enfants du caté et envoi en mission des catéchistes, animateurs de L’éveil à la foi et animateurs de l’Aumônerie.

MESSES EN SEMAINE DU 16 AU 18 NOVEMBRE

HorairesJeudiVendredi
16 au 18 novembre9h Ste Madeleine9h Au Tilleuls

MESSES DOMINICALES DES 19, 20, 26 ET 27 NOVEMBRE 2022

HorairesSamediDimanchedimanche
18h309h10h30
19 et 20 NovembreLes OlmesAffouxSte Madeleine Tarare 
26 et 27 NovembreValsonneMesse de la Ste Cécile Les OlmesSte Madeleine Tarare 
          JUBILE DE JEAN-WILFRID :  30 ans de ministère !
 Dimanche 20 novembre 10h 30 église Sainte Madeleine

Participation au cadeau 😊 :Vous pouvez déposer soit dans la boîte aux lettres de la Maison paroissiale soit lors des quêtes jusqu’au 25 novembre sous enveloppe en indiquant jubilé Jean-Wilfrid (chèque à l’ordre de Paroisse St Jean XXIII)

Témoignage de Jean-Wilfrid Mahieux à l’occasion de son Jubilé de 30 ans de ministère

Agé de 80 ans depuis peu, marié à Claire depuis 52 ans, nous avons 4 enfants et 14 petits enfants.

Ordonné diacre par Monseigneur Herbulot  il y a 30 ans dans le diocèse de Corbeil Evry, nous sommes dans le diocèse de Lyon depuis plus de 25 ans. N’ayant plus d’activité professionnelle, ma vie a été rythmée par la famille et par mes missions au sein de l’Eglise. Les Evêques successifs m’ont  donné différentes missions : auprès des personnes malades ou isolées, auprès des couples qui se préparent au mariage ou qui demandent le baptême pour leur enfant et d’avoir également une action dans la pastorale du tourisme.

Ayant atteint, il y a cinq ans, l’âge de la retraite, j’ai remis ma mission au Cardinal Barbarin qui m’a rappelé que la mission du diacre commençait dans la famille et qu’il était important maintenant de prendre soin de ma femme, de mes enfants et petits-enfants et de ma santé en restant disponible comme « Joker » pour répondre aux demandes de mon curé en cas de difficultés qu’il pourrait rencontrer.
Je voudrais tout d’abord remercier mon épouse Claire qui a souvent été mise à contribution pour faciliter ma mission. Je voudrais aussi remercier mes enfants qui ont accepté nos absences en particulier lors de nos années de formation.

Ma présence à l’autel à côté du prêtre signifie la présence de tous les visages rencontrés, des malades accompagnés, les joies et les peines partagées pendant toutes ces années. Les multiples rencontres et célébrations effectuées resteront des moments forts de mon diaconat.

A l’occasion de ces trente années de service (diacre = serviteur), je veux rendre grâce à Dieu et  le 20 novembre prochain au cours de la messe dominicale à Tarare j’aurai l’occasion de le faire avec la communauté  de notre paroisse Saint Jean XXIII.
Ce sont des choses simples, à la portée de chaque baptisé, qui me rendent toujours heureux :

Essayer d’aider les baptisés à prendre leur place au sein de l’Eglise,

Essayer d’aider les prêtres à vivre pleinement leur mission,

Essayer d’aider chacun à trouver sa place et à y être pleinement heureux,

Essayer de donner à ceux qui nous regardent le goût de nous rejoindre.
Essayer d’annoncer la bonne nouvelle de Jésus-Christ : Dieu nous aime tels que nous sommes, tels que nous avons été et tels que nous serons à condition de s’abandonner à lui. Le Concile Vatican II nous offre cette extraordinaire possibilité avec le secours de l’Esprit Saint.

Message des évêques de France

« Bouleversés et résolus »,

Chers frères et sœurs,

Réunis en Assemblée plénière à Lourdes, nous avons entendu la stupéfaction, la colère, la tristesse, le découragement suscités par ce que nous apprenons au sujet de Mgr Michel Santier, ancien évêque de Luçon puis de Créteil, et maintenant au sujet de Mgr Jean-Pierre Ricard, ancien archevêque de Montpellier puis de Bordeaux.

Nous sommes conscients que ces révélations affectent douloureusement les personnes victimes, en particulier celles qui avaient choisi de nous faire confiance. Nous constatons l’ébranlement de nombreux fidèles, de prêtres, de diacres, de personnes consacrées. Ces sentiments sont également les nôtres. Membres d’un même corps ecclésial, nous sommes nous aussi blessés, atteints en profondeur.

Dans le cas de Michel Santier, nous avons vivement conscience des responsabilités qui nous reviennent et nous avons travaillé pendant notre Assemblée à identifier les dysfonctionnements et les erreurs qui ont mené à une situation choquante pour tous.

Certains ont pu se demander si le droit de l’Eglise n’organisait pas une forme d’impunité ou de traitement particulier des évêques. Ils pensent, à juste titre, que la responsabilité épiscopale renforce chez ceux qui l’exercent le devoir de droiture et la légitime exigence des fidèles comme de l’institution ecclésiale. Nous le redisons avec force : il n’y a pas, et il ne peut pas y avoir, d’impunité des évêques.

En raison même de la nature de leur charge apostolique, les évêques dépendent directement du Saint-Siège. Les procédures qui les concernent sont plus complexes et prennent davantage de temps. Nous nous engageons à travailler avec le Saint-Siège aux clarifications et aux simplifications qui s’imposent. Nous avons décidé de mettre en place un Conseil de suivi qui nous permettra de ne pas affronter seuls et entre nous ces situations.

Certains s’interrogent : dans les circonstances présentes, quel crédit donner aux engagements pris il y a un an pour tirer les conséquences du rapport de la CIASE ? Nous pouvons en donner l’assurance : une transformation des pratiques est bel et bien en cours, avec l’aide de nombreux fidèles laïcs particulièrement qualifiés, dont des personnes victimes. Des décisions sont déjà prises et mises en œuvre. Diocèses et mouvements d’Eglise s’impliquent de manière plus construite dans la protection des mineurs. Les groupes de travail décidés il y a un an rendront leurs conclusions en mars 2023. Nous venons de faire un point d’étape avec eux au cours de cette Assemblée. Ce travail de fond commence à porter du fruit. Nous continuerons sur cette lancée.

Une autre question habitait nos cœurs au début de l’Assemblée plénière : y a-t-il, y aura-t-il d’autres affaires de ce genre ? La condition humaine étant ce qu’elle est, nul n’est à l’abri de fautes graves et dramatiques. Mais nous pouvons et nous voulons renforcer dans l’Eglise les processus qui les limitent au maximum et les traitent adéquatement quand elles surviennent.

Dans ce contexte, le communiqué du Cardinal Jean-Pierre Ricard nous a tous bouleversés. Son initiative de révéler lui-même un fait grave de son passé est importante. Nous avons mentionné l’ensemble des situations que nous connaissons. Elles concernent des évêques qui ne sont plus en fonction. Elles ont toutes fait l’objet d’un traitement judiciaire.

Frères et sœurs, humblement mais de tout cœur, nous continuons le travail entrepris pour que l’Eglise soit une maison plus sûre. Les personnes victimes demeurent plus que jamais au cœur de notre attention. Vos attentes et vos exigences sont légitimes et vraiment entendues. Nous les accueillons comme venant du Seigneur lui-même. C’est tous ensemble, nous en avons conscience, que nous pouvons contribuer à une fidélité renouvelée à l’Evangile. Telle est notre détermination résolue. Telle est notre humble prière.

A Lourdes, le 8 novembre 2022