Le temps de l’Avent

« Le temps de l’Avent a une double caractéristique : c’est à la fois un temps de préparation aux solennités de Noël où l’on commémore le premier avènement du Fils de Dieu parmi les hommes, et un temps où, par ce souvenir, les âmes sont tournées vers l’attente du second avènement du Christ à la fin des temps. Le temps de l’Avent se présente donc, pour ces deux raisons, comme un temps de pieuse et joyeuse attente. » (Présentation générale du Missel Romain)
2 propositions paroissiales pour vivre ce beau temps liturgiques :

Des « partages d’Evangile »

Pour vivre à plein ce beau temps, outre les Messe dominicales et les messes en semaines, les adorations, nous proposons cette année de vivre des rencontres autour de l’Evangile, comme « partages d’Evangile » en lien avec la célébration de la messe le Dimanche :

les samedi de 17h45 à 18h15 à l’église de Pontcharra

les Dimanches après les messes de 9h à Ancy, St Clément, St Loup et Dareizé

et de 9h45 à 10h15 à l’église Ste Madeleine de Tarare

3 « Veillées de l’Avent »

Les mercredi 4 décembre ; mercredi 11 décembre ; mercredi 18 décembre,de 20h à 21h, trois soirées à l’église Ste Madeleine de Tarare avec ½ heure de louange et ½ heure d’Adoration du Saint Sacrement.

l’édito de décembre

Le temps de l’Avent est arrivé !

Chaque année, l’Eglise nous offre un magnifique temps pour nous préparer à l’Avènement (Adventus en latin) de Jésus. Jésus est venu il y a 2000 ans dans son incarnation : il a pris notre humanité pour nous faire participer à sa divinité. Dernièrement en travaillant le Prologue de l’évangile selon St Jean une catéchiste disait : « je n’avais pas encore perçu que si Jésus a commencé d’exister dans le sein de Marie, il existait auparavant comme le Fils de Dieu… » Oui, Jésus est véritablement Dieu qui s’est fait homme et qui nous donne d’entrer en communion avec sa divinité. Cette communion nous sauve, nous relève du péché, de la mort et du mal. Mais Jésus vient aussi à nous chaque jour, dans notre vie, à la condition que nous L’acceptions.

Lire la suite: l’édito de décembre